Vous êtes ici : Home Frogologoblog Simon Sainte Marie du Djihad

Frogologoblog

Musings mainly on language

  • Home
    Home This is where you can find all the blog posts throughout the site.
  • Categories
    Categories Displays a list of categories from this blog.
  • Tags
    Tags Displays a list of tags that have been used in the blog.
  • Bloggers
    Bloggers Search for your favorite blogger from this site.
  • Team Blogs
    Team Blogs Find your favorite team blogs here.
  • Archives
    Archives Contains a list of blog posts that were created previously.
  • Login
    Login Login form

Sainte Marie du Djihad

Posted by on in Uncategorized
  • Font size: Larger Smaller
  • Hits: 3542
  • 0 Comments
  • Subscribe to this entry
  • Print

b2ap3_thumbnail_Oignies.pngL’attentat du train Thalys le 21 août 2015 a eu lieu sur le territoire de la commune d’Oignies dans le Pas-de-Calais, homonyme d’une autre ville, en Wallonie, source d’une autre variété de terrorisme, plus antique, et catholique.

Sainte Marie d’Oignies était une hystérique religieuse de la pire espèce dont les actes de martyre sont décrits dans la biographie qu’a rédigé Jacques de Vitry en 1215.

En dehors de ses silences et ses cilices, ses veillées répétées et ses jeûnes des quatre à quarante jours ou repas de pain noir tellement sec et rassis qu’il faisait saigner son œsophage pour lui rappeler le sang de Jésus, Marie d’Oignies s’est aussi fait connaître pour sa férocité à la prière : par exemple, les six cents génuflexions, « se frappant trois cents fois avec sa verge de discipline à chaque génuflexion » à faire « jaillir le sang en abondance »… Ailleurs, poussant encore plus loin sa frénésie masochiste, ou son « ravissement d’extase », « elle s’empara d’un couteau et se mutila en plusieurs endroits, très profondément. Puis elle eut honte et enterra les parties amputées ». Si ce n’était que cela… Un jour « elle traversait le centre de Nivelles lors qu’elle se rappela les péchés et les abominations que les gens du siècle commettent fréquemment dans cette ville. Elle en conçut tant d’indignation et d’horreur qu’elle se mit à crier de douleur. Et une fois à l’extérieur de la ville, elle demanda un couteau à sa servante et voulut s’arracher la peau des pieds ».

Qu’une personne souffrant de troubles psychiatriques graves se comporte ainsi, on peut le comprendre, mais une réaction normale serait la plaindre, vouloir l’aider, voire même l’hospitaliser. Homme de son époque, de Vitry l’élève en graal de comportement humain. Et là où il la prend en parangon de l’abdication intellectuelle, il n’épargne pas les autres dans ses vulgaires manipulations financières. S’agissant d’une certaine dame, « [a]près que le corps de la veuve eut été mis au tombeau, la servante du Christ [Marie] vit que son âme, qui n’avait pas été pleinement purifiée en ce monde, achevait d’expier ses fautes au purgatoire. La raison en était la suivante : son mari avait été marchand, et, – comme c’est souvent le cas dans sa corporation – il avait acquis frauduleusement certains biens […]. Or sa veuve n’avait pas complètement restitué les richesses ainsi accumulées. Et c’est pourquoi elle se trouvait retenue au purgatoire, disait-elle. On annonça la nouvelle à sa fille, une vierge dévote, Marguerite de Willambroux, ainsi qu’aux sœurs de cette dernière. Elles obtinrent pour leur mère de nombreuses prières et firent leur possible pour restituer le reste des biens. Peu après, l’âme de la veuve […] pure que le verre, plus blanche que la neige… » et patata.

800 ans plus tard exactement, nous rencontrons les mêmes excès, les mêmes interprétations idiotes de livres idiots, et nous cherchons les causes dans la proximité, dans un monde compréhensible, moderne, rationnel. Ce n’est pas là qu’il nous faut les chercher, c’est dans une pensée médiévale, celle noircie et aveuglée par la peur, l’ignorance et la fermeture, celle réduite à un langage de 300 mots, à une prison de la tête où le garde-chiourme est un dieu mesquin, mythomane et sadique.

Et non, ce n’est pas pareil aux attentats des djihadistes, loin de là. Mais si. Sa cocotte morte, Jacques de Vitry évolue pour devenir prédicateur de la croisade contre les Albigeois puis de la cinquième croisade. Combien d’assassinés ? Cette même mentalité qui se borne à croire plutôt qu’à penser, qui tourne en rond dans une religion incohérente et amorale plutôt que d’avancer dans le rationnel et le réfléchi, la science et l’humanisme est bien celle qui va sans broncher de la contemplation pure, la prière personnelle à la haine de tout qui sème l’incertitude sur son château de sable fragile, infantilisant et étriqué.

Il y a des violences au nom de la science, l’expérimentation animale et d’autres accidents de la recherche du savoir, mais dès qu’un modèle plus humain devient disponible, on change. Et elles sont rares. Combien de morts au nom d’une croyance ? Et on ne croît que ce que l’on ignore. C’est intelligent, ça ?

0
Tagged in: Christian Muslim
Trackback URL for this blog entry.

Comments

  • No comments made yet. Be the first to submit a comment

Leave your comment

Guest samedi, 20 juillet 2019
Vous êtes ici : Home Frogologoblog Simon Sainte Marie du Djihad